mettre en place un plan d'urgence pour développer le vélo Au moment du déconfinement, il est probable qu’une grande partie de la population ne souhaite pas reprendre les transports en communs considérés comme insuffisamment protecteurs face à la circulation du virus. Pour celles et ceux qui le peuvent, la première alternative risque d’être la voiture. L’impact serait particulièrement problématique, tant pour des questions climatiques avec une hausse des émissions de gaz à effet de serre, que sanitaire avec des risques de pollution de l’air.

Pour des raisons de santé publique (amélioration de la qualité de l’air, respect de la distanciation physique, reprise d’une activité physique) lors du déconfinement, le vélo doit être la première alternative pour ceux qui le peuvent dans les  déplacements de courtes distances.

Pour cela, l’État doit donc mettre à disposition des collectivités un plan vélo d’urgence afin de donner aux collectivités les moyens financiers et juridiques nécessaires pour qu’elles puissent mettre en œuvre des politiques publiques qui permettent au plus grand nombre d’entre nous de se déplacer à vélo.

Quelle mise en œuvre ?

Ce plan repose sur un fonds d’urgence, d’un montant minimum de 500 millions d’euros, permettant d’accompagner financièrement les collectivités pour la réalisation de pistes cyclables sécurisées (temporaires et/ou définitives), soutenir l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE), développer l’offre de stationnement ou faciliter la réparation de vieux vélos.

L’État doit aussi prendre des mesures directes pour sécuriser les cyclistes et les piétons en réduisant la vitesse maximale autorisée dans les zones urbaines.

11/ Mettre en place un plan d’urgence pour développer l’utilisation du vélo lors du déconfinement et à plus long terme 1

[Au 5 juin 2020]
Cette proposition a été partiellement mise en place et beaucoup de communes se sont adaptées pour offrir plus de place au vélo. Nous pouvons nous féliciter des résultats puisque depuis le début du déconfinement, nous avons constaté une augmentation de 44% de passages de vélos par rapport à avant le confinement. L’usage du vélo a ainsi augmenté de :

– 27% en ville
– 138% en milieu périurbain
– 197% en zone rurale

L’Etat a répondu positivement à un certain nombre de nos demandes :
– Une enveloppe de 20 millions a été mise sur la table sous forme de chèque réparation vélo permettant de réparer 70 000 vélos en 3 semaines. Le gouvernement a même décidé de passer cette enveloppe à 60 millions suite à l’engouement suscité.

–  L’Académie du vélo, dotée d’un budget de 8 millions d’euros, a été créée pour former 500 mécaniciens vélos par an.

– De nombreuses pistes cyclables temporaires ont été créées par les communes.

– Les aides à l’achat de vélo électrique neufs sont renforcées. L’Etat double l’aide des régions dans une limite de 200 euros.

– Le forfait mobilité est passé à 400 euros par an. Il est cumulable avec les aides pour financer les cartes d’abonnement aux transports en commun.

11/ Mettre en place un plan d’urgence pour développer l’utilisation du vélo lors du déconfinement et à plus long terme 2

[Au 5 juin 2020]
Les chiffres montrent que les français sont prêts à faire du vélo ! Pour accélérer ce changement de paradigme dans les moyens de transport, il faut permettre aux collectivités de développer encore plus massivement des pistes cyclables sécurisées et permettre de pérenniser celles qui ont été mises en place pour le déconfinement.

Il faut donc :

Dès le PLFR 3 : augmenter les aides à l’achat de vélo électrique et surtout les moyens mis à disposition des collectivités territoriales pour arriver à un plan d’urgence à hauteur de 500 millions d’euros
Rendre le forfait mobilité obligatoire, et relever le seuil. En Ile-de-France par exemple le remboursement du pass Navigo couvre déjà presque la totalité de l’aide.

————————————————————————————————————————————————————

Les 15 mesures

1/ Verser une aide exceptionnelle de solidarité de 250€ par mois et par personne aux ménages les plus en difficulté

2/ Créer un fonds national pour aider les locataires fragilisés par la crise à payer leurs loyers et leurs charges

3/ Mettre en œuvre le droit au logement pour qu’aucune personne sans domicile mise à l’abri pendant la période de confinement ne soit remise à la rue sans solution

4/ Revaloriser le montant du RSA et l’élargir aux jeunes de 18 à 25 ans

5/ Rendre obligatoire les protocoles d’accord de reprise du travail post-confinement dans les entreprises et administrations

6/ Renoncer à la réforme de l’assurance-chômage

7/ Prolonger les dispositifs d’exception pour l’accès aux soins

8/ Mettre en place des conditions d’accueil et d’intégration dignes pour les migrants et réfugiés

9/ Imposer une conditionnalité écologique et sociale à l’octroi d’aides publiques aux grandes entreprises

10/ Verser une prime pour les salarié.e.s des secteurs social, médico-social et sanitaire en première ligne et la mise en place dès à présent d’une Conférence nationale de l’investissement social

11/ Mettre en place un plan d’urgence pour développer l’utilisation du vélo lors du déconfinement et à plus long terme

12/ Mettre en place un fonds de soutien d’urgence dédié aux associations

13/ Accompagner les élèves et les étudiants en décrochage ou en difficulté scolaire

14 / Ne pas faire entrer dans le droit commun les décisions prises pendant l’état d’urgence sanitaire et revenir sur les décisions prises qui ont abaissé les règles environnementales

15/ Tenir une Conférence de la transformation écologique et sociale

————————————————————————————————————————————————————