Votre navigateur est obsolète! Essayer d’ouvrir cette page web sur un autre navigateur.
Aller au contenu
Le Tour des questions

Faut-il être riche pour ne pas avoir froid ?

Publié le 07 nov. 2021, mis à jour le 18 nov. 2021
Faut-il être riche pour ne pas avoir froid ?

Avec l’accroissement de la précarité, la mauvaise qualité énergétique de millions de logements et l’augmentation des coûts de l’énergie et du logement, de plus en plus de ménages n’ont pas les moyens de se chauffer correctement, ou se ruinent pour le faire, avec de graves conséquences sur leur santé et leur budget.

En chiffres

  • En 2018, chaque ménage français a dépensé en moyenne 1 519 € en énergie pour son logement, dont un peu moins d’un tiers de taxes*.
  • La facture de gaz pour les ménages a augmenté de 52 % depuis le début de l'année 2021 (1).
  • Le prix de l’électricité pour les ménages a augmenté de 50 % en 10 ans, en raison essentiellement de la suppression du tarif de première nécessité (1).
  • En 2021, 25 % des Français (contre 18 % en 2020) ont déclaré avoir rencontré des difficultés pour payer certaines factures de gaz ou d’électricité (2).
  • Le parc de résidences principales dans l’Hexagone compte 4,8 millions de logements énergivores (F et G) , soit 17 % des logements (3).
  • 2,3 millions de ces passoires thermiques malsaines, coûteuses et polluantes, sont occupées par des ménages modestes.(4).
  • Le chèque énergie, qui vise à aider les ménages modestes à payer ses factures d’électricité et de gaz, a un montant qui varie de 48 € à 277 €TTC (le gouvernement a annoncé qu'en décembre 2021, les bénéficiaires du chèque énergie recevront automatiquement une aide supplémentaire de 100 € pour les aider à payer leur facture d'énergie) (5).

La moitié des personnes qui arrivent au Secours Catholique, et qui sont dans des logements privés, ont des factures d'impayés d'énergie. Et puis il y a tous ces invisibles qui ne se chauffent plus, et qui vivent enfermés dans une pièce. C'est encore plus dramatique et inacceptable.

Véronique Fayet, Secours catholique

En moyenne, une famille a besoin de 5000 euros dits de "reste à charge" pour réaliser une rénovation complète et pérenne de son logement. Un budget impossible à atteindre pour celles qui vivent avec moins de 10 euros par jour et par personne.

Stop Exclusion Energétique, membre du Pacte du pouvoir de vivre

Parmi nos propositions

Au carrefour des enjeux sociaux et écologiques, la précarité énergétique est une forme de mal-logement qui touche 12 millions de personnes en France.

Fondation Abbé Pierre, membre du Pacte du pouvoir de vivre