Votre navigateur est obsolète! Essayer d’ouvrir cette page web sur un autre navigateur.
Aller au contenu
Interviews

"Porter la voix des plus précaires"

Publié le 29 oct. 2021, mis à jour le 31 oct. 2021
"Porter la voix des plus précaires"

Laurent Pinet, Président de la Coorace, nous explique pourquoi son organisation s'est engagée dans le Pacte et les enjeux de la campagne à venir.

Pourquoi avons-nous besoin que le pacte du pouvoir de vivre parte en campagne ?

Le Pacte du Pouvoir de vivre propose des mesures concrètes et des réformes sociétales qui touchent au quotidien des français car elles proviennent toutes de la société civile représentée par les associations qui composent le Pacte. Alimenter les candidats aux élections présidentielles dès le début de la campagne permettra une prise de conscience générale de ces problématiques du quotidien : alimentation saine, travail décent et rémunérateur, transition écologique, éducation et culture accessible… souvent bien loin des débats actuels sur la religion ou la sécurité.

Les questions de l’emploi pour tous, de travail décent, de revalorisation des métiers utiles à la société sont aux cœur de nos préoccupations

Laurent Pinet, Président de la Coorace

Pour quelles raisons êtes-vous membres du PPV?

Le réseau Coorace, membre depuis 2019 du Pacte du Pouvoir de Vivre, rassemble 580 structures d’utilité sociale et territoriale qui accompagnent des personnes exclues du marché du travail vers un emploi durable. Pour nous les questions de l’emploi pour tous, de travail décent, de revalorisation des métiers utiles à la société sont aux cœur de nos préoccupations. S’associer avec d’autres réseaux, associations et organisations, pour faire corps et peser dans les débats est essentiel aujourd’hui pour porter la voix des plus précaires.

Le "pouvoir de vivre" pour vous c'est quoi?

Le Pacte du Pouvoir de Vivre c’est une réflexion collective de la société civile pour répondre aux problématiques du quotidien des françaises et des français les plus touchés par la crise économique et financière. C’est faire passer l’humain et l’écologie avant la finance.

Ceci peut vous intéresser