Votre navigateur est obsolète! Essayer d’ouvrir cette page web sur un autre navigateur.
Aller au contenu
Événements

Le courrier du Pacte du pouvoir de vivre au président de la République : "Donner une autre couleur au nouveau mandat à venir"

Publié le 14 mai 2022
Le courrier du Pacte du pouvoir de vivre au président de la République : "Donner une autre couleur au nouveau mandat à venir"

Dans un courrier envoyé le jeudi 12 mai, les organisations du Pacte du pouvoir de vivre font part au président de la République des conditions qui, selon le Pacte, permettront de mener à bien les transformations indispensables et s’assurer que les objectifs comme les moyens déployés permettront effectivement de conduire à une nation plus juste, plus solidaire et plus écologique tout en contribuant à une Europe pacifiée.

Monsieur le président de la République,

Après avoir activement combattu pour que l’extrême droite n'accède pas au pouvoir dans notre pays, les organisations du Pacte du Pouvoir de Vivre ont vécu avec soulagement mais aussi avec de fortes attentes et exigences votre élection à la Présidence de la République.

Nous avons pris acte de votre volonté de donner une autre couleur au nouveau mandat à venir. Nous faisons ici référence à votre souhait « d’agir pour faire de notre pays la grande nation écologique », « d’agir pour bâtir une société du plein emploi et d'un juste partage de la valeur ajoutée », de vous attaquer aux « inégalités à la racine » mais aussi « inventer une méthode nouvelle » dans l’exercice du pouvoir.

Lors du précédent quinquennat, nous avons fait partie de ceux qui ont regretté et dénoncé une centralisation excessive du pouvoir qui ne permet pas d’engager les transformations sociales et écologiques et le changement de modèle de développement qui s’imposent face aux multiples crises auxquelles nous sommes confrontés. De ceux qui ont profondément regretté le manque d’ambition pour lutter contre les injustices, les inégalités sociales et territoriales, la grande pauvreté, et les désordres écologiques. Mais aussi de ceux qui ont proposé d’autres voies en élaborant collectivement, à partir de l’expertise de terrain des 64 organisations qui composent le Pacte, 90 propositions visant à changer la donne sur les plans sociaux, écologiques et démocratiques comme à partager davantage les richesses et le pouvoir.

Nous faisons aujourd’hui le choix de vous prendre au mot tout en sachant que les mots ne sauront suffire, tout comme ils n’ont pas suffi depuis de trop longues années.

Nous faisons aujourd’hui le choix de vous prendre au mot tout en sachant que les mots ne sauront suffire, tout comme ils n’ont pas suffi depuis de trop longues années. Notre souhait est de vous faire part ici de conditions qui, selon nous, permettront de mener à bien ces transformations indispensables et de les graver dans le marbre pour le quinquennat à venir. Elles sont de plusieurs ordres.

L’ambition d’abord. Faire de la France “une nation écologique” ou “s’attaquer aux inégalités à la racine” resteront des vœux pieux sans politiques publiques débouchant sur des actions concrètes, ancrées dans le réel de nos concitoyens et de nos territoires, appuyées sur les recommandations et avis des autorités indépendantes qui alertent sur l’insuffisance et le manque de cohérence des politiques actuelles. Il ne s’agit plus seulement de définir des objectifs mais de donner les moyens humains et financiers à la mesure des défis à relever.

La méthode ensuite. La transition écologique, sociale et démocratique implique un changement fondamental de la manière de gouverner. Elle implique notamment un pilotage global, transversal et transparent que la nomination d’un premier ministre en charge de la planification peut contribuer à faire naître, mais à certaines conditions seulement. Parmi celles-ci : des indicateurs de suivi de la politique gouvernementale, réguliers et accessibles à tous et à réajuster au fil des obstacles rencontrés ; la massification et la sanctuarisation des financements en faveur des politiques sociales et écologiques pour permettre les changements d’échelle attendus ; ou encore donner de la visibilité à l’ensemble des forces de la société prêtes à se mobiliser et à s’y investir pleinement.

Il faut selon nous réhabiliter des espaces de concertation, de négociation, de participation pour redonner toute sa place à cet indispensable dialogue.

Le dialogue enfin. Lors du précédent quinquennat, la légitimité des corps intermédiaires a été malmenée à la fois dans les mots et dans les faits, par un dialogue avec la société civile bien trop en pointillé. Sans changement sur ce plan, toute ambition forte de transformations est vouée à l’échec. Il faut selon nous réhabiliter des espaces de concertation, de négociation, de participation pour redonner toute sa place à cet indispensable dialogue.

Le Pacte du pouvoir de vivre est prêt à s’engager pour y contribuer activement. Il faudra pour cela s’entendre sur ces conditions de réussite et s’assurer que les objectifs comme les moyens déployés permettront effectivement de conduire à une nation plus juste, plus solidaire et plus écologique tout en contribuant à une Europe pacifiée.

Dans cette perspective nous sollicitons une rencontre et dans cette attente, nous vous prions d'agréer, Monsieur le président de la République, l'expression de notre très haute considération.

Crédit Photo : ©Rémi Jouan, CC-BY-SA, GNU Free Documentation License, Wikimedia Commons