CONTEXTE

Le cadre fixé par la loi pour la formation professionnelle doit permettre à toute personne sans qualification professionnelle ou sans contrat de travail d’accéder dans les meilleures conditions à un emploi. La loi doit aussi favoriser l’adaptation des travailleurs à leur poste de travail et à l’évolution des emplois, assurer leur maintien dans l’emploi, participer au développement de leurs compétences et permettre l’acquisition d’au moins une qualification plus élevée.

Dans ce cadre, le rôle des régions est essentiel puisqu’elles disposent de compétences fortes dans le domaine de la formation. Les formations doivent s’adresser en priorité aux publics qui en ont le plus besoin (ce qui n’est pas suffisamment le cas aujourd’hui). Elles doivent aussi accompagner la transition écologique en permettant d’anticiper et d’accompagner les travailleurs des secteurs économiques les plus émetteurs en gaz à effet de serre. Plus largement, chacun doit pouvoir se former aux métiers qui nécessiteront de fort besoin en main d’œuvre dans les secteurs dans les secteurs clefs de la transition, notamment pour les métiers de la rénovation thermique des logements et des bâtiments, des énergies renouvelables, des transports durables, de l’agriculture durable et du tourisme durable.

 

AGIR POUR LE POUVOIR DE SE FORMER, C’EST :

Développer les formations nécessaires pour accompagner la transition écologique et sociale et anticiper les métiers de demain en renforçant les formations professionnelles dans les secteurs clés (construction, des matériaux biosourcés, de l’agriculture et de l’aménagement paysager, de l’environnement, de l’énergie…) et dans toutes les disciplines proposées dans les lycées et les centres de formation d’apprentis (CFA)

Proposer un plan de reconversion professionnelle dans les secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre (industries véhicules thermiques, centrales à charbon, etc.) :

  • Accompagner les personnes qui perdraient leur emploi, former celles dont les emplois évoluent. L’enjeu est d’accompagner chaque salarié pour définir un projet professionnel vers des emplois d’avenir
  • Réaliser un diagnostic régional par filière ou branche, avec les partenaires régionaux compétents afin d’identifier les besoins et mettre en lumière les pratiques innovantes pour la transition.
  • Identifier les filières à relocaliser.

Réorienter les fonds de la formation professionnelle pour les demandeurs d’emploi vers des métiers porteurs et ouvrant des parcours de reconversion durable.

Abonder spécifiquement le Compte personnel de formation par la Région au bénéfice des demandeurs d’emploi pas ou peu qualifiés

Identifier la demande sociale du territoire et les aspirations professionnelles des jeunes

Promouvoir et garantir l’accès aux formations aux compétences de base, de lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme

→ S’engager dans une démarche de « Territoires apprenants » permettant l’acquisition de compétences transverses dans un cadre novateur et bienveillant (tiers-lieux apprenants)

→ Encourager les groupements d’emplois et les expérimentations de type « CV de site » et « transitions collectives » à l’échelle d’un territoire

→ Lever les freins périphériques à la formation (hébergement, déplacements, équipement professionnel et numérique…)

→ Accompagner les leviers de mobilité pour permettre d’effectuer des stages, d’accéder à l’apprentissage, l’alternance… et formations et expériences professionnelles loin de chez soi ou à l’international (Erasmus+)