CONTEXTE

Le soutien massif à l’économie et l’activité partielle a permis de préserver un nombre important d’emplois. Mais ceux qui étaient déjà en marge du marché du travail sont pour beaucoup restés exclus de ce soutien et l’ampleur de la crise sociale liée à la crise économique reste encore difficile à estimer.

La sortie, même progressive, de la mise sous perfusion de l’économie risque de s’accompagner d’une accélération des suppressions d’emploi et d’un recours accru aux contrats courts. Des territoires seront plus affectés que d’autres.

Il est donc crucial d’être attentifs à la fois aux enjeux économiques, sociaux et territoriaux. Une politique d’investissement public ambitieuse en matière de transition écologique permettrait de favoriser le développement de centaines de milliers d’emploi d’ici 2022.

Dans ce contexte, les régions ont un rôle essentiel à jouer – aux côtés des autres acteurs – pour limiter les stigmates de la crise, ne laisser personne au bord du chemin et préparer les mutations structurelles.

 

AGIR POUR LE POUVOIR DE TRAVAILLER, C’EST :

Élaborer un plan de relance régional compatible avec l’urgence climatique, en lien avec l’État et les partenaires sociaux

  • La moitié des financements doit être fléchée pour aller vers les secteurs favorables au climat et à la biodiversité
  • Aucun financement ne doit aller aux activités néfastes pour le climat ou l’environnement

Lancer un état des lieux de sortie de crise par bassin d’emploi et de vie pour repérer les besoins sectoriels et les personnes vulnérables (dont les précaires de l’emploi, trop souvent invisibles).

Encourager des concertations territoriales innovantes sur la question de l’accès de tous à l’emploi associant notamment les entreprises, syndicats, acteurs de la société civile et les citoyens.

S’engager à soutenir les projets de territoire contre le chômage de longue durée

Soutenir contractuellement la création de Pôles territoriaux de Coopération économique (PTCE) ayant l’ambition et la capacité́ de créer des emplois, satisfaire des besoins fondamentaux et ranimer la vie démocratique locale.

Construire des chartes d’engagement économique régionales (à la manière de ce qu’a fait la région Bourgogne Franche-Comté) pour conditionner les subventions et financements régionaux à des obligations en termes de sécurisation de l’emploi et des compétences, de création d’emplois de qualité (CDI, CDD longs), d’inclusion et de solidarité, de conditions et d’organisation du travail, et, enfin, de transition écologique et énergétique.

Permettre l’accès aux financements régionaux des acteurs de l’économie sociale et solidaire, et associer leurs représentants aux concertations mises en œuvre avec l’ensemble des partenaires sociaux.