CHIFFRES

220 535 premiers titres de séjour ont été délivrés en 2020

Le taux de chômage des étrangers hors UE était de 25,1 % en 2016 contre 10,1% pour l’ensemble de la population active en France.

 

CONTEXTE

En France, les étrangers ont beaucoup plus de difficultés pour trouver un emploi ou un logement que les citoyens de nationalité française. Les raisons sont multiples : barrière de la langue, manque de repères pour trouver un emploi, inadéquation entre les compétences acquises dans le pays d’origine et le marché du travail en France, faible reconnaissance des qualifications, discriminations en raison de l’origine, etc. Pour y répondre et offrir un accueil bienveillant à tous les étrangers présents sur notre territoire, l’ensemble des acteurs doit se mobiliser à tous les niveaux.

La région est un maillon essentiel dans cet écosystème dans la mesure où, l’intégration des réfugiés et des étrangers titulaires d’une carte de séjour pour d’autres motifs repose sur l’hébergement, l’apprentissage et la connaissance de la langue, l’accompagnement social ou encore la scolarisation. Elle passe aussi par la formation et l’emploi qui sont au cœur des compétences de la Région.

 

AGIR POUR LE POUVOIR DE VIVRE ENSEMBLE ET D’ÊTRE FRATERNEL, C’EST :

Développer et adapter des formations destinées aux réfugiés/migrants dans les secteurs d’activité́ en tension.

Créer un guichet régional d’appui à la reconnaissance des diplômes et qualifications. Trop souvent, les compétences et qualifications obtenues par les personnes étrangères dans leur pays d’origine ne sont pas bien ou pas reconnues.

Soutenir l’accès des personnes étrangères en matière de logement en mobilisant des fonds pour apporter un soutien financier aux collectivités, notamment les communes rurales, ou aux acteurs associatifs.

Soutenir et développer des programmes et projets artistiques mettant en exergue l’apport de la migration au processus de création et à la richesse des sociétés.