Pour rompre avec le moins-disant social, le Pacte du pouvoir de vivre propose de négocier le partage de la valeur ajoutée au sein de l’entreprise, de généraliser les accords de qualité de vie au travail et d’associer les salariés à l’organisation du travail, a rappelé Laurent Berger, le 9 janvier 2020, à Dijon. Le secrétaire général de la CFDT s’exprimait à l’occasion du tour de France du Pacte, qui réunissait également la Mutualité Française, la Fondation Nicolas-Hulot et la Fondation Abbé-Pierre.