Mesure 1 – Développer les alternatives actives et collectives pour diminuer drastiquement les trajets en voiture individuelle

En chiffres 

  • En France, trois enfants sur quatre respirent un air toxique avec des effets délétères et durables sur leur santé.
  • En agglomération, 40% des trajets effectués en voiture font moins de 3 km.
  • La mobilité pèse 30% de l’empreinte carbone des individus en France.
  • 55% des Français déclarent ne pas avoir le choix dans leur moyen de déplacement (Source : Baromètre des mobilités du quotidien). 
  • Dans les communes isolées, 77% des habitants n’ont pas accès à pied aux transport en commun (Source : Baromètre des mobilités du quotidien).

Quelle est la situation ?

Gaz à effet de serre, pollution, bruit, coût croissant, fatigue et temps perdu dans les embouteillages… La voiture individuelle demeure pourtant le mode de déplacement principal de 70% des Français (selon le Baromètre des mobilités du quotidien de Wimoov et de la Fondation Nicolas Hulot). En cause : le manque d’alternatives. Ce manque de choix entraîne des difficultés à se déplacer qui peuvent avoir de lourdes conséquences : 1 actifs sur 4 a déjà renoncé à un emploi, aux soins ou à d’autres activités.

Que peut faire le maire ? 

Le maire a plusieurs compétences qui lui permettent d’agir concrètement sur les mobilités au sein de sa commune : police de circulation, urbanisme, réglementation de la circulation des engins de déplacements (trottinettes electriques, gyropodes…). Les vélos en libre-service -type velib- ont par exemple été initiés par une municipalité. Concrètement, regardez si les programmes proposent d’aménager l’espace en redonnant une place à chacun : aménagement des trottoirs, cheminements piétons, réduction de la vitesse (zones 30), réduction de l’espace occupé par le stationnement pour élargir l’espace public et les zones de rencontre.

Il est également urgent pour beaucoup de villes de définir et de mettre en place un plan vélo : réseau cyclable, signalétique, stationnement, information, animation, soutien au développement de services vélo (réparation, apprentissage, coaching…) sur le territoire communal.

Ces propositions, ou des propositions similaires adaptées aux réalités et des besoins de votre commune en matière de mobilités, sont proposées dans le projet du candidat ? Ca peut aller dans le sens d’une amélioration du pouvoir de vivre  sur votre commune. Il faut toutefois regarder de près les conditions et délais de mise en oeuvre, les moyens prévus, la participation citoyenne pour être au plus près des besoins de chacun…. .

*

mesure - mobilité