Les associations comptent 13 millions de bénévoles, et 1,8 million de salariés. La loi du 1erjuillet 1901 donne un contenu concret à une liberté politique permettant aux citoyens de réaliser des projets ensemble sans objectif lucratif. A côté des associations, les syndicats sont des corps intermédiaires indispensables au dialogue social, et 11% des Français sont syndiqués. Syndicats comme associations ont permis des avancées sociales et sociétales indispensables à notre pays, permettent la transformation des indignations et des aspirations individuelles en réalisations collectives. La force essentielle pour le pays que constituent ces millions de citoyens engagés, femmes et hommes bénévoles comme salarié.e.s, mérite d’être mieux reconnue et encouragée.

Nous proposons que l’Etat et les collectivités territoriales mènent une politique qui permette de :

  • Systématiser la co-construction avec les corps intermédiaires des politiques publiques sur les sujets économiques, sociaux, environnementaux et sociétaux ;
  • Soutenir l’action des têtes de réseaux et leurs fonctions au service de la vie associative et syndicale;
  • Valoriser l’engagement associatif et syndical dans la société, à l’école, via l’enseignement civique, et dans les entreprises, via une meilleure valorisation de l’engagement associatif et syndical et une rémunération des congés liés à ces engagements.